DOSTA ! La conférence

Conférence animée par Geoffrey Planque : "L'art des Tziganes ou une culture sans frontières"

(Samedi 1er octobre 17h - Cinéma de la Gare Saint-Sauveur)

 

Ici, là-bas, ou comme ailleurs, ils sont associés à la mendicité, au vol ou au détournement des aides sociales. Ici, là-bas, ou comme ailleurs, ils vivent en marge dans des ghettos et des bidonvilles insalubres. La liste pourrait être longue, mais voilà une série de préjugés tenaces dont sont victimes les communautés de ceux que nous appelons, à tort ou à raison, tantôt les gitans et les roms, tantôt les tziganes et les manouches.

De nombreux siècles durant, ces communautés nomades, sillonnant les routes, se sont dispersées dans différentes régions du monde, en Europe notamment. C'est toutefois d'Inde qu'a été entamé ce voyage d'environ quinze siècles et de ce pays que ces communautés proviennent. Si, de nos jours, les gitans ne choisissent plus forcément le mode de vie nomade, la culture qu'ils transportent avec eux cultive le voyage et convoque un certain ailleurs. En effet, il y a un lien du sang qui unit les gitans du monde et qui s'exprime notamment dans les chants, dans la musique et les danses que ces communautés domptent à merveille.

Bien plus que des coïncidences culturelles donc, l'art des gitans offre un véritable réseau d'influences, où sont perceptibles des liens incontestables entre la musique qu'ils pratiquent en Anatolie, dans les Balkans ou en Europe occidentale. Que dire enfin du flamenco qui, en termes de rythmes et de frappements, comporte de troublantes similitudes avec la danse Kathak originaire du nord de l'Inde ? En définitive, si ce n'est à l'effacement des frontières, il semble que l'art des gitans du monde s'apparente à la quête d'une identité culturelle et universelle.

Geoffrey

© akṣalab - https://aksalab.com/

Crédit photo : Charlotte François

Diplômé en art, en théâtre et en sanskrit, Geoffrey Planque est chercheur en Esthétique et un interprète de Bharata-Nāṭyam, le théâtre-dansé du sud de l'Inde . Depuis 2011, il est le disciple, à Chennai, d'A. Lakshmana Swamy qui dirige la Nṛṭyalakṣaṇa dance school.

Geoffrey s'est produit en Europe et en Inde, prenant part à des spectacles de groupe et à des festivals de danse. En tant que soliste, il a prouvé ses qualités artistiques lors de spectacles à Paris (Centre Mandapa, 2011 & 2012) et à Bruxelles (Jeunes chercheurs dans la cité, 2010 ; Europalia-India, 2013). Il s'est également produit au temple Chandramouleshwara (Chennai) au cours de la Shivarātri, festival annuel dédié à Shiva (2015 & 2016).

Désireux de faire part de son savoir, Geoffrey a fondé akṣalab, un laboratoire de recherche digitale dédié aux arts de la scène indienne. Depuis 2010, il travaille en tant que professeur de danse dans l'association Lumières de l'Inde (Lille) où il s'intéresse aussi aux danses régionales de l'Inde comme le Bhangra.